• Du 29 au 31 janvier 2012.

     

    Un peu d’histoire…

    L’origine de Bora Bora se perd dans la nuit des temps. Avant l’arrivée des Européens, l’île s’appelait Vavau mais aussi Mai Te Pora, ce qui signifie «surgie des ténèbres», ou plus précisément « créée par les dieux», selon les légendes anciennes qui racontent que cette terre  était la première à sortir des eaux. Pora, ou Popora est devenu avec le temps Pora Pora, puis Bora Bora. Les premiers habitants de l’île arrivèrent au IXè siècle environ après un long périple à travers le Pacifique. Ces fiers marins, redevenus sédentaires, s’installèrent progressivement sur toutes les côtes. D’après la légende, le premier roi de l’île, Firiamata o Vavau, grand navigateur et guerrier invincible, était né des amours d’une pierre et d’une falaise. Des guerres pour la conquête de l’île vont se succéder durant des siècles, mettant aux prises les tribus des trois grands districts (Nunue, Faranui, Anau).

     

    Finalement, juste avant l’arrivée de James Cook en 1769, Puni, Roi de Faanui, va imposer la paix sur l’île, après avoir vaincu ses adversaires.  Les Rois Tapoa I et Tapoa II (qui épousera en 1822 Aimata, la future Pomare IV) vont régner sur Bora Bora pendant le XIXè siècle. Terii Maevarua II, fille adoptive de Tapoa règnera de 1860 à 1873, date à laquelle sa nièce Terii Maevaru II, prendra le pouvoir. Elle épousera le prince Hinoi en 1884, divorça trois ans plus tard, et finit par céder son île à la France, lors de l’annexion de 1888. Elle Mourut en 1932.

     

    Un peu de géographie…


    Située à 275km de Tahiti, Bora Bora est la plus ancienne des îles de la Société avec Maupiti (environ 7 millions d’années). En fait Bora Bora est un «presqu’atoll», à mi-chemin entre les atolls des Tuamotu (10 à 40 millions d’années) et les îles hautes comme Tahiti ou Raiatea (entre 2 à 3 millions d’années). Son immense lagon ceinturé d’un récif très large, est coupé en un seul endroit par la passe de Te Ava Nui, entre le motu Toopa et le motu Tevairoa, face à Vaitape, la capitale. Longue de 9km, large de 4km, l’île principale présente toutes les caractéristiques des îles hautes, avec des sommets imposants : le mont Otemanu (727m) et le mont Pahia (661m). Le tour de l’île, 32km, s’effectue le long de la côte découpée qui abrite quelques magnifiques baies, mais surtout des plages somptueuses, dont celles de Taahana et de Matira. La population de 5800 habitants est entièrement vouée à l’industrie du tourisme.


    Et le lagon…

    Le lagon de Bora Bora est trois fois plus étendu (80km²) que les surfaces terrestres. Il offre aux yeux une palette incomparable de lumières et de couleurs. Au sud-est de l’île, se trouve le Jardin de Corail, un étonnant parc aquatique naturel où l’on peut voir toutes sortes de poissons. La faune marine de Bora Bora est d’une grande richesse. On compte près de 700 espèces de poissons tropicaux.


    Nous sommes arrivés à Bora Bora aux alentours des midis après 15mn de vol. T’as pas le temps de décoller que t’es déjà arrivé ! On avait demandé à un steward de quel côté il fallait se mettre dans l’avion pour voir l’île d’en haut. Il nous avait répondu de nous placer à droite. Malheureusement, ce n’était pas exact. Quel c.. ! Si bien qu’on n’a pas n’a pas vu les îles de Tahaa et de Raiatea et encore moins le magnifique lagon de Bora Bora. On était dégoûtés. D’habitude on se séparait dans l’avion, 2 à gauche et un à droite, ou l’inverse. De cette manière on arrivait toujours à avoir des photos. Mais là c’est râté ! Comme il faisait beau ce jour-là, les îles devaient être magnifiques ! Bref, j’ai tout de même pris quelques clichés à l'arrivée.


      Bora Bora


               Bora Bora

     




    L’aéroport de Bora Bora se trouve sur un motu, le motu Mute, ce qui est en soi extraordinaire, hormis la couleur du lagon !


    Bora Bora


    Puis nous avons pris une navette qui nous a emmenés sur la terre ferme. La traversée a duré une 20aine de minute. Mon père et moi sommes montés sur le pont et la vue était superbe.

     

    Bora Bora

     Bora Bora





    Bora Bora

    Bora Bora






    Nous avons débarqué à Vaitape, la plus grande ville de l’île.

     Bora Bora

    Le transport en commun local nous attendait.

     

    Bora Bora

     Bora Bora

     

     

     

     

     

    Bien 20mn plus tard, nous intégrions notre bungalow familial (5 places) au Village Temanuata situé à la pointe sud de l’île, la Pointe Matira. Ce «village» de bungalows est géré par de métropolitains, Jacques et Eve et Yves et Martine, des gens très accueillants et sympathiques.

     

    Bora Bora

     

     

    Bora Bora







    Une fois installés nous sommes allés à la plage et avons retrouvé nos parisiens, Claude et Philippe qui se faisaient bronzer sur un transat. Nous avions une jolie plage privée, c’est vrai. Et la vue était belle... malgré la dernière averse !

     

    Bora Bora

     

    Dommage que la plage soit petite et encadrée d’hôtels sur pilotis. C’est le problème de Bora Bora, il y a des hôtels avec bungalows pieds dans l’eau partout. C’est affligeant ! Tu ne trouves plus un lagon vierge de tous ces hôtels de luxe qui dénaturent tout ! On nous a conseillé de faire le tour de l’île en pirogue pour voir les lagons comme nous avions fait à Huahine, mais finalement on a renoncé. Le couple de Caen, Bernard et Yvette, rencontré à Moorea puis à Huahine l’a fait et a été déçu justement à cause de tous ces hôtels installés dans les plus beaux lagons, ou sur les plus belles pointes… 

     

    Le soir venu, nous sommes allés sur la plage d’à côté pour voir le coucher de soleil. Mais au moment où ce dernier descendait, un gros nuage est passé devant. Désolé !

     

    Bora Bora

     

    Bora Bora

     

     

     

     

     

    Le lendemain (le 30), nous avons loué une voiture pour faire le tour de l’île. Il faisait gris. C’est dommage ! J’ai tout de même pris quelques photos des différents baies et lagons…

     

    Bora Bora

     Bora Bora

     

     

     

     


    De montagnes…

     

    Bora Bora

     

    Bora Bora

     

     

     

     

    Bora Bora

     

     




    D’églises…

     

    Eglises de Faanui et de VaitapeBora Bora

     

    Bora Bora





     




    Nous nous sommes arrêtés au village de Vaitape. Nous avons visité les magasins de perles. Rien que pour le plaisir des yeux ! Elles sont belles les perles de Tahiti… oui mais chères !

    Vers les midis nous sommes rentrés à notre logement pour prendre Claude et Philippe. Comme ils partent cet apm pour la métropole, nous avons décidé de déjeuner une dernière fois ensemble. Yves, l’un de nos hôtes nous a donné l’adresse d’un très bon snack : le SnackTipirai. Malgré le fait qu’il soit fermé le lundi, le restaurateur prénommé Teiki, a accepté de nous servir quand même.

    Teiki nous reçut dans un faré où des centaines de photos recouvraient les poutres en bois. Il n’attendit pas longtemps avant de nous tirer le portrait... et Claude et moi en fîmes de même.

     

    Bora Bora

    Faré-restaurant

     

    ... et Claude et moi en fimes de même. Teiki est un homme costaud de 45 ans environ et est né en Corse d’une mère polynésienne et d’un père français, légionnaire.


    Bora Bora

    Teiki, sa femme et son fils ainé

    Bora Bora






    C’est quelqu’un d’incroyable ! Il nous a préparé nos 5 plats en 20mn montre en main dans sa toute petite cuisine derrière son faré ! Tout le monde a pris de thon rouge et moi un Mahi Mahi (daurade) poêlé sauce vanille, tout ceci accompagné de frites, de salade et de riz.

     

    Bora Bora

     Huuummm !!!

     

    C’était délicieux ! Pour les plus gourmands (dont je ne faisais pas partie… tout simplement parce que j’étais pleine !) crème brûlée et profiteroles. Mais regardez-moi la taille de ces profiteroles ! Enormes !

     

    Bora Bora


    Teiki est d’une gentillesse et d’une générosité sans nom. Il nous a offert plusieurs cadeaux, notamment des gousses de vanille et des perles. Il a même offert des CD de musique polynésienne à Claude. Il était tellement content de nous recevoir qu’il avait du mal à nous laisser partir.  Et puis c’est un passionné de cuisine. On pourrait l’écouter des heures à raconter comment il prépare tel ou tel plat ! Vraiment incroyable ! Si vous passez par Bora Bora, venez manger dans ce restaurant dont voici l’adresse :Teiki Peplinski, BP 782 98730 Vaitape à Bora Bora.

     

     Teiki résume bien à lui seul l’accueil Polynésien. Nous terminons donc notre séjour dans les îles sur cette excellente journée. Et oui demain (le 31) c’est la fin de notre périple dans le pacifique. Nous partons pour Papeete où nous allons passer notre dernière nuit en Polynésie Française.

     

    Le 1er février, je pars à Auckland en Nouvelle-Zélande et mes parents rentrent en France via LA. Snif ! Durs durs les aux revoirs !

     

     Bora BoraBora Bora

     

     

     

     

     Nana Bora bora !


    2 commentaires
  •  Iaorana ! (Bonjour)

    Du 25 au 29 janvier 2012

     

    Quelques infos sur Huahine :

     Un peu de géographie...

    Huahine est située à 170km au nord-ouest de Tahiti. Elle se compose de 2 îles reliées par un pont surplombant le chenal qui fait communiquer les baies de Maroe et de Port Bourayne. Enchâssée dans un grand lagon unique, Huahine s'étale sur 75km². Il s'agit d'une île ancienne, née de 3 volcans distincts.Le point culminant de l'île, le Mt Turi (669m) se trouve sur la grande île (Huahine Nui).. Le Mt Tavaiura est dans la presqu'île de Fitii et le Mt Pohue Rahi culmine à 462m dans la petite île (Huahine Iti).

    Huahine se compose de 8 villages, 4 sur la grande île (Maeva, Fare, Fitii et Faie) 4 dans la petite île ( Maroe, Parea, Tefarerii et Haapu). La population forte de 5600 habitants, est essentiellement rurale. Les îles (motu) qui longent la côte nord sont cultivés des melons et des pastèques, mais les grandes spécialités de l'île, sont le taro, les bananes, les ignames et les fruits exotiques. La pêche reste essentiellement une activité familiale.

     

    Un peu d'histoire...

    On ne connait pas avec certitude l’origine du nom de cette île. Hua signifierait sexe et hine femme, comme dans vahine. L’importance des femmes dans l’histoire de cette île calme et fière conforterait cette hypothèse.  Le précédent nom de Huahine était Matairea, qui signifie « brise joyeuse ». Il semble que cette île déserte ait été colonisée pour la première fois aux environs de l’an 850, par d’intrépides navigateurs venus de l’ouest. Découverte le 30 janvier 1769 par James Cook ; ce dernier la baptisera Hermosa. A cette époque, la reine de Huahine était Tehaapapa, de la lignée royale des Te Pa’u hau roa. L’arrière-arrière-petite-fille de Tehaapapa n’est autre que Pomare IV, reine d Tahiti sous le Protectorat français. C’est en 1808 qu’arrivèrent les missionnaires protestants. Mahine,  l’un des chefs de l’île, incita la population à se convertir au christianisme. L’évolution de l’île se fit dans un calme résigné, malgré quelques soulèvements. L’annexion définitive de l’île par la France se fera en 1897.

     

     Fraîchement débarqués à l'aéroport de Huahine, nous avons dû faire une déclaration pour la dégradation de notre valise. Bienvenue à Huahine ! Ça commençait bien !

    Mais tout ceci a vite été oublié par l’accueil chaleureux de Teps, notre hôte, un Tahitien d’une 30aine d’années. Il nous a emmenés à Fare à la Pension Meherio qu’il gère avec son frère de lait Pierre, trentenaire aussi. Ils nous ont servi de l’eau  de coco et Teps nous a expliqué le fonctionnement de la maison.

     

      Huahine Huahine

     

     

     

     

    La salle à manger ...           ... et mon bungalow...

     HuahineHuahine

     

     

     

     

    La plage


    Une fois installés dans nos bungalows, nous sommes allés faire un tour au village de Fare (village le plus important de l’île) pour faire quelques courses.

     Huahine

     Fare


    Huahine

    Le transport en commun…

     

    On n’en a vite fait le tour. Et le tour de l’île aussi… Le lendemain (le 26), nous avons loué une voiture pour en faire le tour. Nous avons commencé par l’île principale « Huahine Nui » puis la petite « Huahine Iti ». Notre première halte a été pour le plus grand site archéologique de l’île : le Marae de Maeva.


    Huahine

     Huahine

     


     

     

    Schéma d'origine...                       le site actuel

    Huahine

    Huahine

     

     

     

     

     

    Le Fare Potée (reconstitué)


     Huahine

     Huahine

     

     

     

     

     

    Dans le village de Maeva, les gens construisent des pièges à poissons et dorment par endroits dans de petites maisonnettes pour surveiller leur pêche.

     

    Huahine

     

    Huahine




     

     

     

    Puis nous avons continué par la montagne avec différent points de vue sur des baies magnifiques.

     

    Huahine

     

    Nous nous sommes arrêtés pour voir les anguilles sacrées, d’énormes anguilles aux yeux bleus.

     

    Huahine

     

     Huahine

     




    Nous avons traversé le pont séparant Huahine Nui de Huahine Iti.

    Nous sommes passés à Maroe devant la petite MFR qui propose des CAPA production agricole végétale et animale. Un peu plus loin la vue depuis la colline était superbe !


    Huahine


    Huahine






    Puis nous sommes rentrés profiter de la plage.

    Le soir nous sommes allés voir le coucher de soleil sur l’île de Raiatea.


     Huahine

     Huahine



      


    Coucher de soleil sur Raiatea


    Le soir, nous avons dîné avec un couple de parisien en vacances dans les îles depuis 3 semaines, Claude et Philippe. Au menu de ce soir : salade de papaye verte au lait de coco, porc au taro (tubercule) et bananes flambées. C’était délicieux.

     

     Le 27, nous devions partir en excursion dans les lagons mais comme nous n’étions que 3, ce n’était pas rentable pour le guide... Alors pas de sortie ! Ça fait deux fois qu’il nous faisait le coup. Seulement aujourd’hui, nous n’avions plus la voiture ! Teps nous a proposé gentiment, de nous déposer au Marae Maeva pour faire une petite rando jusqu’au Mt Mouatapu (429m)… De là-haut, il y avait un joli point de vue.

     

    Huahine

     Huahine

     

     

    Ancien marea

     


    Huahine

     

    Une orchidée sauvage

     

     

     

     

    Puis nous sommes redescendus et nous nous sommes un peu perdus car il n’y aucune indication sur le parcours de randonnée. Finalement, on a réussi à trouver le bon chemin. Nous sommes arrivés au niveau du pont traversant le lac pas très loin du Marae Maeva. Nous nous sommes arrêtés un peu avant ce marae pour pique-niquer. Des visiteurs inattendus ont pointé le bout de leurs... pinces.

     

     HuahineHuahine

     




    Faune locale : crabes

     

    Nous voulions rentrés à notre pension à pied mais il y avait bien une 10aine de km.  Et sous un soleil de plomb, c’était tout simplement impossible. Nous avons tout de même commencé à marcher et puis on a fait de l’auto-stop et heureusement un véhicule s’arrêta. Le conducteur était pompier à Faré. Il nous ramena à proximité de notre pension. Nous étions crevés. En fin d’apm nous sommes allés à la plage. Ce soir, nous avons dîné avec un autre couple rencontré à la pension à Moorea, Yvette et Bernard, originaire de Caen. Nos amis parisiens sont partis ce matin pour Bora Bora. Nous les retrouverons là-bas dimanche apm car nous allons loger au même endroit, au Village Temanuata. Au menu ce soir : salade verte au  pamplemousse et tomates, thon rouge frit sauce vanille accompagné de riz et salade de fruits locaux. C’était copieux et délicieux.

    Le lendemain (le 28), nous avons fait notre excursion dans les lagons de Huahine. Enfin ! Nous sommes partis vers les 9h. Nous avons fait connaissance avec notre chauffeur et guide, Armando, un polynésien de 35 ans et son collègue, Daniel, la 50aine, originaire de Savoie.


     HuahineHuahine

     

     



    Photo d’Armando et de la pirogue


    Huahine

    Nous avons quitté Fare sur une pirogue à moteur et en route nous avons croisé des dauphins qui chassaient.

     

     

     

    Huahine


    Puis nous avons fait une halte au Te Tiare Beach Resort, un hôtel de luxe avec des bungalows pied dans l’eau accessibles uniquement par bateau.  Nous avons récupéré un jeune couple de français en lune de miel.

     

    Huahine

     

    Nous sommes entrés ensuite dans la Baie Bouré… Nous sommes passés sous le pont reliant les 2 îles.

     

    Huahine

     

    Armando nous expliqua alors que la roche se dressant devant nous était le sexe du Dieu Hiro. Quelle imagination !!!

     

    Huahine

     

     Huahine




     

    Nous avons emprunté la passe Farerea pour atteindre la Ferme Perlière de Huahiné près de la passe Tiare et du Motu Mahare. Par endroit, il n’y a pratiquement pas de fond.

     

    Huahine

     Huahine

     

     

     


    Huahine

     

    La ferme perlière




    Le propriétaire de la ferme habitait une maison sur l’eau à proximité de la ferme. Il a décidé de construire sur l’eau pour éviter d’être dévoré par les moustiques qui pullulent sur la terre. Comme je le comprends ! Ces moustiques, c’est vraiment un fléau !

     

    Huahine

     

    Une employée nous a expliqué la culture des perles noires de Tahiti.

     

    Huahine

     Huahine



     

     

    Huahine

    Les nucléus et les greffons

    Huahine

     

     

     

     

     

    Vers les midis, nous nous sommes arrêtés pour déjeuner sur la plage de sable blanc d’un grand motu (îlot), le motu Murimahora.


    Huahine

    Huahine






    Armando nous prépara, sous nos yeux ébahis, du thon blanc cru avec du citron et du lait de coco.

     

    Huahine

     Huahine

     




    Il y ajouta des légumes (concombres…). Il y avait également d’autres salades, du riz au curry, du poulet.


    Huahine


    C’était délicieux, même ce tartare de thon ! En dessert, nous avons eu des fruits (ananas, mangues et papayes). Puis pour commencer à digérer tout ça nous nous sommes baignés. L'eau était d'un bleu !


    Huahine


    Et Armando a poussé la chansonnette… Il chantait bien !

     

    Huahine


    Vers les 14h nous sommes repartis. Nous sommes passés devant une autre partie du corps du dieu Hiro. Après son sexe... sa tête !


    Huahine


    De retour à Fare, nous nous sommes arrêtés pour observer des requins à pointe noire. Daniel a enfilé sa combinaison de plongée et est allé nourrir les requins pendant que nous les observions. Quand je dis «nous», les plus téméraires d’entre nous se sont mis à l’eau. Ni ma mère ni moi n’y sommes allés. Nous avions trop peur de nous faire mordre. Mon père y est allé avec d’autres personnes du groupe et nous a dit que c’était fantastique ! D’autres poissons colorés sont venus manger aussi.

     

    Huahine

    Huahine

     

     

     

     

     

    C’était impressionnant ! On voyait les requins se battre pour la nourriture !

    Vers les 16h, Armando nous déposa sur notre plage. Nous avons passé une très agréable journée. Le soir venu, nous avons diné avec Yvette et Bernard. Aujourd’hui ils avaient fait le tour de l’île en scooter. Ils nous ont dit qu’en fin de semaine ils embarquaient pour une croisière vers les Marquises.

    Au menu ce soir, salade de thon au lait de coco, veau accompagné de chou et la glace au taro… de couleur mauve ! C’est très bon !


    Nous avons passé ici un très agréable séjour. Et nos hôtes sont d’une grande gentillesse. Une très bonne adresse.

     Mauruuru ! (merci)

    Demain nous partons pour Bora Bora.

    Nana Huahine. (au revoir)

     

     


    votre commentaire
  • Du 21 au 25 janvier 2012

     

    Moorea

    Nous sommes arrivés à l’aéroport de Pao Pao à Moorea 15mn après avoir décollé de Papeete et avons rapidement intégré notre Bungalow à la Pension Motu Iti  située juste au centre de l’île.


     

     

     



     

    Quelques infos sur Moorea :

     

    Mooréa, jadis nommée «Aimeho» ou « Eimeo », émergée des eaux il y a 3 millions d'années, a la forme d'un trident avec ses deux baies splendides (Cook et Opunohu). Elle compte 16 800 habitants concentrés dans de nombreux villages côtiers : Maharepa, Paopao, Haapiti, Afareaitu, Vaiare pour une superficie de 134 km². Moorea est située à 17km de Tahiti et est fréquemment appelée «l'île sœur». Elle est une terre de légendes et d’histoire. La tradition dit que Moorea était la nageoire dorsale du grand poisson Tahiti. L’histoire raconte que le Dieu Hiro, convoitant son plus beau site, le mont Rotui,


    Moorea

    Mont Rotui

    lieu où les esprits des morts font étape avant de se rendre à leur destination finale, voulut le dérober une nuit, pour l’emmener chez lui, à Raiatea. Mais le guerrier Pai le mit en fuite en jetant sa lance qui traversa l’autre fameuse montagne de l’île nommée depuis Moua Puta, la « montagne percée », dont le trou se voit encore aujourd’hui.


    Moorea Moorea

     




    Photo de Moua Puta

     

    Le nom de Moorea (Mo’o=lézard et rea=jaune) proviendrait de la légende selon laquelle un énorme lézard jaune aurait ouvert de deux coups de queue les baies d’Opunohu et de Cook.

    Moorea est encerclée par une barrière de corail ouverte par 12 passes, dont celles de Vaiare, où l’on trouve le débarcadère des ferrys en provenance de Tahiti. Fief important de la famille royale Pomare, Moorea fut le foyer de développement du protestantisme par l’impression de la première Bible en Tahitien au XIXème siècle.

     

    Notre voiture de location récupérée, nous sommes partis faire le tour de l’île, en tout 62km. Le paysage est très diversifié,  des montagnes…


     Moorea

     

    … des plages de sable blanc qui sont censées être publiques mais dont l’accès est privé ! Restent seulement trois plages publiques accessibles sur toute l’île : Opunohu, Haapiti et Temae :

     

     

     




    Plage d’Opunohu

     

     

    Plage de Temae

     

    … des fleurs magnifiques. Nous sommes passés au Jardin Botanique. L’entrée était gratuite et une tahitienne nous a expliqué comment elle produisait la vanille.

     

    Moorea

     Fleur de vanille

    Elle faisait pousser toute sorte de fruits, dont le fruit de la passion…


    Moorea

     Moorea

     

     



    Photos du fruit et de la fleur

     

    Nous avons pris un jus de fruit frais ananas-papaye. C’était délicieux et rien à voir avec du jus de fruit en boîte !!!

    Elle avait aussi des fleurs d’hibiscus d’une drôle de couleur car elle avait fait des mélanges de variétés.

     

    Moorea

     Fleur d'hibiscus

     

    La vue de sa propriété était superbe. Elle donnait sur la Baie d’Opunohu.

     

    Moorea

     

    Le lendemain, nous sommes montés à un point de vue panoramique de toute beauté : le Belvédère. Comme la vue était dégagée, nous avons pu voir la Baie d’Opunohu (à droite) et celle de Cook (à gauche). Un bateau de croisière venait juste d’arriver.

     

    Moorea

     Moorea

     

     

     

     

     

    En redescendant nous nous sommes arrêtés à un ancien Marae : Teti Iroa dont il ne reste que des ruines.


     Moorea

     Photo du site d'autrefois

     

     

     

    Moorea

    Photo du site actuel

     

     

     

     

    Nous n’y sommes pas restés longtemps car nous avons été littéralement bouffés par les moustiques. Sales bêtes !

     Puis, nous sommes passés par la route des ananas.

     

    Moorea

     Champs d'ananas

     

    Dans les petits villages traversés, nous avons photographié quelques églises et un temple.

     

     Photo d'églises à Haapiti

     Moorea

     Moorea

     




    Le temple de Papetoai

    Moorea

     

    Nous sommes également allés voir la Clinique des tortues et des dauphins au sein de l’Hôtel Intercontinental. Nous avons vu 2 tortues vertes adultes et plusieurs petites.


     MooreaMoorea

     

     



     

    Des panneaux expliquaient que l’une des tortues vertes adultes avait des problèmes de flottabilité et que par conséquent elle ne serait jamais relâchée.

     

    MooreaMoorea

     

     


     

     Photo de dauphins

     

    Et puis pour le dernier soir, nous sommes allés voir un spectacle de danses tahitiennes au Tiki Village.


    Moorea

     

     Moorea

     

     

     

     

     

    Vidéo : danse tahitienne

     

    Vidéo danse tahitienne : "la danse du feu"

     

     

    C’était magnifique ! Vraiment un très beau spectacle.


    Moorea

    Mes nouveaus amis : Tahi et Tien


     Le lendemain, nous sommes partis  pour Huahine. Nous avons dû passer par Papeete en premier, puis réembarquer pour Huahine. A l’aéroport de Moorea, nous sommes tombés sur un employé qui a voulu faire du zèle car il voulait nous faire payer un excédent de bagages. En effet, nous avions 10kg en plus mais on lui a expliqué que nous avions dû acheter des affaires suite à la perte de nos valises quand nous sommes arrivés à Papeete. Il a accepté de nous laisser passer sans frais. Après il m’a emmerdé avec mon sac à dos parce que soi-disant il était trop gros pour être en bagage à main. J’ai dû le mettre en soute !!! Alors que depuis Papeete, on n’a jamais eu aucun souci !!! Vraiment n’importe quoi ! Et tout ceci pourquoi… pour réaliser une fois dans l’avion que celui-ci était quasiment vide.

     

    Moorea

    En effet, on était 4 passagers dans cet avion depuis Moorea à Papeete !!! Et ce n’est pas tout ! Quand on a récupéré nos bagages à Papeete, nous avons constaté qu’une de nos valises avait été cabossée et pourtant il n’y avait que 4 valises en tout car l’avion était presque vide. Incroyable ! Et la cerise sur le gâteau : le billet de ma mère n’était pas imprimé correctement. Elle a voyagé sans ticket.

    Nous avons quitté Papeete quelques minutes plus tard. L'avion, là non plus, n'était pas plein. Nous avons voyagé avec une célébrité : Olivier de Kersauson. Il était assis à la même rangée que mon père. Il n'est pas descendu à Huahine mais à Raiatea au dernier arrêt. Il n'a regardé personne et n'a pas cherché à communiquer ! Il n'avait sans doute pas envie d'être reconnu et de signer des autographes !

    Prochaine étape : Huahine.

     

     

     

     


    1 commentaire
  •  Du 19 janvier au 21 janvier 2012

     

    Tahiti

     

    Ce matin nous avons quitté les Fidji vers les 9h du matin. Nous avons dû partir à 3h30 du matin pour être à l'aéroport de Nandi dans les temps. Pourquoi partir si tôt vous demanderez-vous ? Tout simplement parce qu'il y a environ 3h de route de Suva à l'aéroport de Nandi. Autant dire que la journée a été très très longue et pas sans problèmes et déconvenues, malheureusement !

     

    Première étape, Nandi-Auckland (Nouvelle-Zélande) : 2h30 de vol.


    Tahiti

     Tahiti

    En arrivant en Nouvelle-Zélande



    Tahiti

    Tahiti

     

     

     

     

     

    Tahiti





    Départ pour Papeete à 16h, 5h de vol. Au moment de l'enregistrement sur la compagnie Tahiti Nui, nous avons eu un premier souci. Mes parents avaient des places déjà réservées et notamment une place hublot, mais au moment d'obtenir leurs cartes d'embarquement, ils n'avaient plus les places. Résultats, on s'est retrouvé aux pires places que l'on puisse avoir dans ce type d'avion... au milieu, tout au fond, à côté des toilettes. Autant dire que nous avons peu dormi. On était furax !!!

     

    Nous sommes arrivés à l'aéroport de Papeete FAAA à 22h heure locale soit un jour de moins qu'à Auckland moins une heure. Nous étions encore le 18 janvier ici alors que nous sommes partis de Nandi ce matin le 19. C'est assez perturbant !!!


    Tahiti

    Accueil tahitien

    Nous étions contents d'être arrivés enfin et pensions rapidement rejoindre notre logement du soir. Erreur ! Alors que nous attendions nos bagages sur le tapis roulant, on nous a appelés au bureau d'informations. Cela ne pressentait rien de bon ! On n'avait récupéré qu'une valise sur 3. On commençait franchement à s'inquiéter ! Et on avait raison de s'en faire. Au bureau des réclamations des bagages, une employée nous annonça tranquillement que nos deux valises étaient restées à Auckland. Apparemment ça arrive souvent. Pas de bol c'est tombé sur nous ! Bref, nous avons fait une déclaration et on nous a donnés 18000 CFP soit 300 euros pour deux pour racheter le minimum vital. Autant dire pas grand-chose. Dans le meilleur des cas, on récupère nos affaires le 20 au matin par le prochain vol ou le 21. Au-delà le problème qui va se poser c'est notre départ dans les îles. On n'a vraiment plus rien à se mettre !!! Les boules ! Ça nous a vraiment contrariés !!!

    Après notre déclaration de perte, on nous a conduits à notre pension de famille : Le Relais Fenua. Heureusement encore que notre transporteur nous avait attendu. Quelle journée !!!


    Tahiti

     Tahiti

     

     

     

     

    Tahiti

    Fleur de cactus

     

     

     

    Fleur qui s'ouvre la nuit et meurt le lendemain matin. 


    Laissons ce problème de côté et continuons notre voyage…Tout d’abord quelques infos sur la Polynésie Française :

    Un peu de géographie...

    La Polynésie Françaises, située à 18 000km de la métropole, comprend 120 îles réparties en 5 archipels couvrant quelque 4,5 millions de km² en plein cœur de l’Océan Pacifique. 260 000 habitants y résident.

    L’archipel de la Société, le plus important, est composé de 9 îles hautes et de 5 atolls, répartis en deux groupes : les Iles du Vent (Tahiti, Moorea, Maiao, Tetiaroa et Mehetia) et les Iles sous le Vent, plus à l’Ouest (Huahine, Raiatea, Tahaa, Bora Bora, Maupiti), sans oublier les îlots inhabités de Tupai, Mopelia, Scilly et Bellinghausen).

      

    Un peu d’histoire…

     L'hypothèse généralement retenue à l'heure actuelle est celle d'un peuplement de la Polynésie à partir du Sud-Est asiatique. Il y a 5 000 ans, des habitants du littoral de la Chine du sud, cultivateurs de millet et de riz, commencent à traverser le détroit pour s'installer àTaïwan. Vers le IIè millénaire av. J.C.,    des migrations ont lieu de Taïwan vers les Philippines. De nouvelles migrations commencent bientôt des Philippines vers Sulawési et Timor  et de là, les autres îles de l'archipel indonésien  important avec eux leur langue. Vers XVè siècle av. J.C.,    un autre mouvement mène des Philippines en Nouvelle-Guidée e t au-delà, les îles du Pacifique. Les Austronésiens  sont vraisemblablement les premiers navigateurs de l'histoire de l'humanité. Les premières îles atteintes sont probablement les iles de la société vers 300 de notre ère. Les polynésiens auraient alors depuis cette base essaimé vers l'île de Pâques (500), Hawaï (900) et la Nouvelle-Zélande (1100).

     

    À partir de 1521 , date de la découverte de Puka Puka  par Magellan, les Européens explorent progressivement la Polynésie orientale aux XVIIè siècle   et XVIIIè siècle.  Tahiti n’est découverte qu’en 1767  par le Britannique Samuel Wallis , suivi en 1768  par Bougainville  et par Cook en 1769.  La fin du XVIIIè siècle    est marquée par la promotion d’un chef de Tahiti, qui, allié aux Anglais, fonde la lignée des Pomare, et par l’implantation à Moorea de missionnaires britanniques.

    Au début du XIXè siècle,  les de la société  sont converties au christianisme (protestant) sous l’égide de la dynastie des Pomare, tandis que des missions catholiques françaises s’implantent aux Gambier et aux Marquises  dans les années 1830.

    Les années 1840 sont marquées par le début de l’implantation coloniale française, d’abord aux Marquises puis à Tahiti, où la reine Pomare IV  doit accepter le protectorat français (1843). En 1883 ,Pomare V  accepte de céder son royaume à la France ; il devient l’élément principal d’une colonie, les Etablissements français d'Océanie  (EFO). Les îles encore indépendantes sont intégrées aux EFO de 1887  à 1901 , notamment : lesTuamotou,  Rapa  et les îles Gambier   en 1882,   puis les îles sous-le-Vent  en 1898.

    Des habitants des EFO participent aux combats de la 1ère Guerre mondiale  avec le bataillon du Pacifique ; parmi eux le futur leader du mouvement anticolonialiste, Pouvanaa Oopa.  Mais il faut attendre la fin de la 2nde Guerre mondiale pour qu’une évolution sensible ait lieu.

     

    Ce matin le 19 (pour la deuxième fois !), nous avons loué une voiture et sommes partis acheter quelques affaires en attendant le retour de nos valises. Puis nous avons commencé à visiter l’île de Tahiti. Nous nous sommes arrêtés pour pique-niquer à la Pointe Vénus. Il y faisait un vent à décorner les bœufs mais la vue était belle.


     TahitiTahiti

     




    Tahiti

    Tahiti






    On y trouve aussi le phare de la Pointe Vénus.

     

    Tahiti


    Puis nous avons continué notre tour. Nous avons fait une courte halte aux Trois Cascades à Tiarei.  Nous n’avons vu que la première car nous avons littéralement été bouffés par les moustiques et comme nous n’avions pas pris notre anti-moustiques avec nous, nous avons préféré renoncer.


     TahitiTahiti

     

     

     

     

     

     



    Des photos en chemin,


     TahitiTahiti

     

     

     

     





    ... île de Tahiti Iti.

     

    Tahiti

     

    Le lendemain (le 20), nous sommes partis en Safari toute la journée dans la montagne. 130kms dont 60 de piste dans le centre de l’île de Tahiti. Top départ à 8h45, Justesse, notre guide, est venu nous chercher avec son 4x4. Nous sommes passés prendre à leur hôtel un jeune couple de bretons en lune de miel et un couple d’australiens originaire de Brisbane. Puis nous avons pris la direction de la vallée de Papenoo, au nord de l’île.


     

    Tahiti

    Vallée de Papenoo


    Puis nous nous sommes arrêtés pour voir différentes cascades…


     TahitiTahiti

     




     

    ... pour observer la flore.

     

    Tahiti

     

    Notre guide Justesse nous explique la particularité de cette variété d'hibiscus. Polynésiens s'en servaient pour connaître l'heure.


    En effet, la fleur est jaune le matin, orange l'apm et rouge le soir. Incroyable, non ? Nous sommes restés plus longtemps à un Marae.

     

    Tahiti

     

    Qu’est-ce-que c’est que cette bête ? Un Marae est un lieu assigné aux activités sociales, religieuses et culturelles d’un groupe, voire d’une famille. C’est dans ces lieux que dans des temps anciens, les polynésiens rendaient la justice, pratiquaient des sacrifices, gouvernaient, décidaient et se réunissaient pour communier ensemble.

     

    Ensuite nous avons repris la route à travers la montagne…

     

    Tahiti

     

     Tahiti





    ... nous nous sommes rafraichis dans une rivière...


    Tahiti


    Justesse a sonné la conque pour prévenir de notre arrivée au Relais de la Maroto...


    Tahiti


     ... perdu au milieu de nulle part !


    Tahiti

     


    Tahiti






    Nous avons déjeuné ici. Le cadre était magnifique et la nourriture bonne.


    Tahiti

     

     

     


    Tahiti

    Et puis nous sommes repartis en direction du lac Vaihiria. Et la route bétonnée a laissé la place à la piste. Mais ce n’était pas pire qu’à Tanna !


    Tahiti

    Tahiti






    La vue sur le lac était magnifique !


     Tahiti

     

    Nous ne sommes pas descendus au lac et avons rebroussé chemin. Sur le chemin du retour, nous avons eu la pluie. Nous étions de retour à notre logement vers les 17h. Nous avons passé une très bonne journée.

     

     

     Demain apm (le 21) nous nous envolons pour Moorea.

     

     

     


     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique